Bosser plus, ça travaille les Français

©2006 20 minutes

— 

L'économie allemande devrait repartir après une pause au quatrième trimestre 2005, estime la Bundesbank dans son rapport mensuel du mois de février.
L'économie allemande devrait repartir après une pause au quatrième trimestre 2005, estime la Bundesbank dans son rapport mensuel du mois de février. — Fabian Matzerath AFP/Archives

De moins en moins partageurs sur le temps de travail. L'idée de travailler plus pour gagner plus a, semble-t-il, fait son chemin. Elle séduit 45 % des Français, selon les résultats de l'enquête réalisée par l'institut LH2 pour le Manifeste 2007 20 Minutes-RMC. Une opinion encore minoritaire mais qui a fait un bond de 11 points en cinq mois.« C'est encore plus frappant chez les sympathisants UMP en activité, puisque ce chiffre passe de 54 % à 71 % sur cette période », remarque François Miquet-Marty, directeur des études politiques de LH2, qui note même une légère progression à gauche. La campagne sur ce thème, menée principalement par Nicolas Sarkozy, mais aussi par François Bayrou, porterait donc ses fruits.Le travail reste avant tout un moyen de gagner sa vie. Mais pas seulement. « En effet, les personnes interrogées estiment que c'est par le travail qu'on peut se rendre utile à la société, et que c'est un facteur d'épanouissement personnel, analyse François Miquet-Marty. Ce sondage explique ainsi les réticences des Français vis-à-vis des 35 heures et pourquoi il y a eu blocage. Ce sont là des notions qui ont été totalement oubliées par la gauche en 2002. Sur ces questions-là, il n'y a même plus de clivage entre la gauche et la droite. »Même Ségolène Royal a bien compris ces attentes. Dans son discours programme du 11 février dernier, elle a parlé de la « fierté » de travailler.