Matière fécale, staphylocoque, jambon

CONSOMMATION On trouve de tout dans les sandwichs selon...

C. L.
— 
kebab
kebab — no credit

C’est l’article à ne pas lire avant d’aller déjeuner. Du kebab au sandwich, un rapport de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) promet aux consommateurs français maux de ventre, gastro ou… pire.

Le document insiste sur les «anomalies graves» trouvées dans les sandwicheries, jugeant même qu'une large majorité des kebabs ne sont pas «conformes» sur le plan de l'hygiène. «Une amélioration rapide des pratiques est nécessaire», juge la DGCCRF sur la foi d'une enquête portant sur 1.133 points de ventes.

Aliments stockés par terre

Le constat est alarmant: l'hygiène est jugée «non conforme» dans 34,5% des sandwicheries traditionnelles, 46,9% des boulangeries et 61,5% des «restaurants orientaux» qui vendent des kebabs, précise l'enquête, révélée mercredi par «le Parisien».

Dans ces derniers, «les règles d'hygiène sont le plus souvent méconnues ou négligées», avec par exemple des aliments stockés à même le sol, des sauces conservées à température ambiante ou des viandes en broche laissées en place jusqu'au service suivant. En plus des oeufs, du jambon ou de l'agneau, on trouve donc de tout dans les sandwichs et kebab: matière fécale, staphylocoques, ou autres germes. Et, ajoute la DGCCRF, quand vous pensez manger du veau ou de l’agneau, on vous sert très souvent des mélanges de viandes ou de la dinde. Bon appétit...