Un Mirage se crashe en Méditerranée, le pilote meurt

ACCIDENT L'avion de l'armée de l'Air s'est abîmé au large de la Corse...

— 

Un avion de chasse Mirage de l'armée de l'Air s'est abîmé en mer lundi au large de Bonifacio, dans l'extrême sud de la Corse, et son pilote s'est tué dans l'accident, a annoncé à l'AFP le service de communication de la Région de gendarmerie de Corse.
Un avion de chasse Mirage de l'armée de l'Air s'est abîmé en mer lundi au large de Bonifacio, dans l'extrême sud de la Corse, et son pilote s'est tué dans l'accident, a annoncé à l'AFP le service de communication de la Région de gendarmerie de Corse. — Evaristo SA AFP/Archives

Un Mirage de l'armée de l'Air s'est abîmé en mer lundi au large de Bonifacio, dans l'extrême sud de la Corse. Le pilote de l'avion de chasse a été tué dans l'accident.

La victime, un capitaine âgé de 35 ans, était seule à bord du Mirage 2000 C. Le monoplace avait décollé dans la matinée de la base aérienne 126 de Solenzara. Les causes de l'accident, survenu à 10 km à l'ouest de Bonifacio, sont encore indéterminées. Un hélicoptère Puma de secours a décollé de la base de Solenzara pour survoler la zone du crash.

 L'accident s'est produit vers midi, à environ 10 km au large de Bonifacio, a indiqué dans un communiqué le Service d'Information et de Relations Publiques de l'Armée (SIRPA), qui rend hommage au pilote, un «aviateur confirmé».
Une enquête est diligentée par le Bureau Enquêtes Accidents Défense (BEAD) afin de déterminer «les circonstances de cet accident».
Selon des témoins qui naviguaient au large de Bonifacio, l'appareil s'est crashé soudainement en mer sans que le système de siège éjectable n'ait été déclenché.
Le pilote participait à une mission d'entraînement à basse altitude, selon le commandant Frédéric Solano, chef du département médias de l'armée de l'air. «Il ne s'est pas éjecté, ce qui signifie que le crash a été rapide et brutal», a confirmé cet officier, précisant que «l'avion était seul en vol».

La victime était «un ancien pilote de Mirage F1 et il était expérimenté, puisqu'il comptait plus de 2.000 heures de vol», selon le commandant Solano.
Le Mirage 2000 C, un avion de chasse conçu et construit par la société Dassault Aviation, avait décollé dans la matinée de la base aérienne 126 de Solenzara, où il était, tout comme l'escadron auquel il appartenait, de passage pour une campagne de tirs.

Cet accident d'un avion de chasse de l'armée est le troisième de ce type en un peu plus d'un an au large de la Corse. Le 31 mars 2006, c'est déjà un Mirage 2000 en mission d'entraînement à Solenzara qui s'était crashé en mer, après avoir heurté un volatile au décollage, selon le ministère de la Défense. Les deux hommes de l'équipage, de la base aérienne de Nancy (Meurthe-et-Moselle), avaient réussi à s'éjecter sains et saufs.
Et le 6 décembre 2005, c'était un Super-Etendard monoplace de la Marine nationale qui s'abîmait au beau milieu du golfe d'Ajaccio, à la suite, là aussi selon le ministère, d'une collision avec des oiseaux, à quelques centaines de mètres des quais et devant de nombreux badauds. Le pilote s'en sortait indemne en s'éjectant. L'appareil effectuait un entraînement à partir du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui croisait au sud de Toulon.

Le précédent crash mortel d'un avion de chasse de l'armée française remonte au 24 juin 2003, lorsqu'un Mirage 2000D s'était écrasé à Djibouti lors d'une mission d'entraînement. Le pilote et le navigateur avaient été tués dans l'accident.