Les Don Quichotte restent à quai, les SDF désœuvrés

Catherine Fournier

— 

Augustin Legrand, comédien et fondateur de l'Association des Enfants de Don Quichotte, a déclaré lundi qu'il se réinstallait sur le campement du canal Saint-Martin "car rien n'a avancé" et a demandé la démission de Catherine Vautrin, ministre à la Cohésion sociale.
Augustin Legrand, comédien et fondateur de l'Association des Enfants de Don Quichotte, a déclaré lundi qu'il se réinstallait sur le campement du canal Saint-Martin "car rien n'a avancé" et a demandé la démission de Catherine Vautrin, ministre à la Cohésion sociale. — Eric Feferberg AFP/Archives

C’est promis, Augustin Legrand reprend en main le canal Saint-Martin. Après avoir déclaré dans «Le Parisien» daté de dimanche qu’il ne sentait «plus responsable du campement», le fondateur des Enfants de Don Quichotte a souligné lundi qu’il se réinstallait parmi les sans-abri parisiens. «Je veillerai à la sécurité» a-t-il assuré devant une nuée de caméras et de micros. Des problèmes d'alcool, de drogues, et de bagarres ont en effet été signalés dans le secteur. Certains SDF commencent à remettre en cause la stratégie de leur leader : «Il est parti en se lavant les mains et maintenant il parade devant les caméras.» Riverains et commerçants sont également en colère. «On ne peut pas entasser plusieurs centaines de personnes sans équipement sanitaire, ni médical, ni de soutien social et psychologique, laisser pourrir la situation, puis déclarer "ne plus se sentir responsable", écrit un membre de l’Association des riverains du canal Saint-Martin dans une lettre ouverte à «Saint Augustin».

70 travailleurs sociaux

«Ce que j’ai voulu dire, c’est que l’Etat doit arrêter de se défausser sur les Don Quichotte», s’est défendu ce dernier. «Rien n’a été fait depuis l’accord du 8 janvier» et les «tentes vides il y a deux semaines sont actuellement toutes remplies», a-t-il ajouté, demandant la démission de Catherine Vautrin, ministre déléguée à la Cohésion sociale.

«70 travailleurs sociaux ont été mobilisés pendant trois semaines pour recevoir les 280 SDF recensés le mois dernier, rétorque la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars). Plus de la moitié a été relogée. Restent les cas les plus difficiles.» Jean-Marie Bireaud, président de l’association Canal, qui œuvre pour le développement culturel du quartier, renchérit : «L’errance ne peut pas être réduite au problème du logement. Les Don Quichotte ont simplifié et médiatisé la question en installant des tentes. Mais c’est bien plus compliqué.»

Concert de solidarité

De nouveaux sans-abri font leur apparition sur le canal. Pour les accueillir, Augustin Legrand va «refaire un stock de tentes». Il s’est par ailleurs dit prêt à organiser un concert de solidarité pour réparer le manque à gagner des commerçants. Sans perdre de vue son objectif : «Il faut un plan Marshall et une cellule de crise au ministère du Logement. A huit semaines du premier tour de la présidentielle, on doit faire beaucoup pour les SDF car nous sommes en état de guerre.» Le campement du canal Saint-Martin est loin d'être levé.