Atmosphère électrique au camp du Canal Saint-Martin

©2006 20 minutes

— 

Un village de bungalows tout équipés pouvant accueillir jusqu'à 160 sans-abri ou personnes en difficulté va être installé de manière progressive à partir de "la fin de la semaine ou de la semaine prochaine" à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), a indiqué mercredi le ministère délégué à la Cohésion sociale.
Un village de bungalows tout équipés pouvant accueillir jusqu'à 160 sans-abri ou personnes en difficulté va être installé de manière progressive à partir de "la fin de la semaine ou de la semaine prochaine" à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), a indiqué mercredi le ministère délégué à la Cohésion sociale. — Martin Bureau AFP/Archives

L'ambiance se dégrade canal Saint-Martin, à Paris. Le campement de sans-abri lancé début décembre par Les Enfants de Don Quichotte, et à l'origine de la loi sur le Droit au logement opposable en examen à l'Assemblée, semble se radicaliser, selon Le Parisien d'hier. Sur les 280 tentes recensées fin décembre, il en reste une centaine, pour beaucoup inoccupées.

La violence aurait gagné le secteur, selon des riverains et des commerçants de plus en plus exaspérés par les problèmes d'alcool, de drogues, et les bagarres. Pour éviter les débordements, la Mairie de Paris et la préfecture ont envoyé du personnel d'encadrement.

Augustin Legrand, fondateur des Enfants de Don Quichotte, a expliqué hier qu'il ne se sent plus responsable du campement. « Moi, j'ai juste dénoncé un état de fait. Depuis le 8 janvier, depuis que le gouvernement s'est engagé à trouver une solution, c'est à l'Etat de prendre ses responsabilités », a-t-il déclaré.