C'était le dernier visage de la collaboration

©2006 20 minutes

— 

AFPTV

C'est un arrêt du coeur qui l'aura achevé. Maurice Papon est mort samedi, à 96 ans, dans une clinique de Seine-et-Marne après avoir subi mardi une opération pour insuffisance cardiaque. Le personnage symbolique du passé trouble de la France est décédé comme il a vécu, entre honneurs et scandale. Pour le PS, c'est le « symbole de la collaboration de l'Etat français » pendant la Seconde Guerre mondiale qui s'est éteint. Philippe de Villiers, lui, a déclaré hier que « Papon s'est trompé de vision » pendant la guerre.

Depuis sa sortie de prison en 2002, l'ancien haut fonctionnaire vivait reclus dans son village de Gretz-Armainvilliers (77). Condamné en 1998 par la cour d'assises de Bordeaux à dix ans de prison pour « complicité de crimes contre l'humanité », il avait été détenu quatre ans. Ce n'est qu'après seize ans d'instruction, de recours et six mois de procès, que l'ex-secrétaire général de la préfecture de Gironde avait été reconnu coupable d'avoir organisé la déportation de 1 600 juifs. A la Libération, Maurice Papon s'était procuré un certificat de Résistance, entamant une carrière exemplaire qui le mènera au poste de ministre du Budget en 1978. Son parcours est pourtant émaillé de drames : l'existence d'un centre de torture lorsqu'il est préfet en Algérie, le massacre du 17 octobre 1961 qui vit, selon des historiens, jusqu'à 200 manifestants pro-FLN tués à Paris, ou les morts anti-OAS du métro Charonne en 1962. Papon était alors préfet de police de Paris. Il ne sera rattrapé par son passé qu'en 1981, et jugé seize ans plus tard. Il n'aura jamais émis le moindre regret.

Arnaud Sagnard

Chronologie : 1942 Secrétaire général de la préfecture de Gironde. 1958 Préfet de police de Paris. 1978 Ministre du Budget du gouvernement Barre. 1981 Mis en cause par Le Canard enchaîné. 1997 Procès à la cour d'assises de Bordeaux. 1998 Condamnation à dix ans de réclusion. 1999 Arrestation en Suisse où il avait fui, incarcération à Paris. 2002 Sortie de prison pour « raison de santé ».