Réactions

©2006 20 minutes

— 

Peu de déclarations de politiques de premier plan. Pour Serge Klarsfeld, président de l'association des Fils et Filles des déportés juifs de France, Papon a été « protégé avant et pendant son procès ». Gérard Boulanger, avocat de parties civiles au procès, a estimé qu'il « est resté muré dans son mépris et sa morgue et n'a jamais admis ce qu'il avait fait ». Jean-Marie Le Pen, président du FN, a estimé que Maurice Papon, cette « haute personnalité gaulliste », était finalement « un bouc émissaire ».