Cent mille fonctionnaires et cheminots dans les rues

©2006 20 minutes

— 

Les fonctionnaires éprouvent un « ras-le-bol jusqu'ici rarement vu ». Unanimes, les leaders syndicaux exprimaient leur colère, hier, dans le cortège parisien. Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) et Arlette Laguillier (LO), candidats à la présidentielle, ont ainsi défilé aux côtés des 80 000 cheminots, enseignants, postiers, agents des impôts et de la fonction publique qui manifestaient contre les suppressions de postes et la baisse des salaires. Les manifestations, qui se déroulaient dans plusieurs grandes villes de France, ont rassemblé au total près de 187 000 personnes selon les syndicats (89 000 selon la police). « Je gagne 1 100 e par mois avec six ans d'ancienneté. J'ai des collègues qui n'arrivent plus à se loger et font des heures sup pour payer le loyer », témoigne, dans le cortège parisien, Arlette, 44 ans fonctionnaire dans un centre de distribution de La Poste.

Les chiffres définitifs des différents ministères évaluaient le taux de grévistes à 20,3 % dans la fonction publique, 27 % chez les agents du ministère des Finances et presque 31 % chez les enseignants. Des chiffres réévalués à 50 % par les syndicats.

François Goulard, ministre délégué à l'Enseignement supérieur, rappelait, hier, au Sénat que les suppressions de postes étaient dues à une gestion de « bon sens » due à une « baisse des effectifs. »