France

Ils ne veulent pas laisser la Défense en rade

L'ère du pacifisme est derrière nous. Résultat surprenant pour la nouvelle enquête réalisée par l'institut LH2 pour le Manifeste 2007 20 Minutes-RMC qui montre l'attachement des Français à leur armée et leur volonté d'en faire progresser les moyens. ...

L'ère du pacifisme est derrière nous. Résultat surprenant pour la nouvelle enquête réalisée par l'institut LH2 pour le Manifeste 2007 20 Minutes-RMC qui montre l'attachement des Français à leur armée et leur volonté d'en faire progresser les moyens. Ainsi, 61% des sondés estiment que « la France doit maintenir des moyens militaires importants car il existe toujours des risques de conflit ». « Pour les personnes interrogées, le contexte planétaire est anxiogène, explique François Miquet-Marty, directeur des études politiques de LH2. La menace n'est plus la même, mais elle est toujours là. Ce qui est intéressant, c'est que le conflit générationnel est nettement moins fort qu'avant : les plus jeunes sont toujours plus pacifistes, mais pas de manière flagrante. »

La deuxième partie du sondage réserve une autre surprise car malgré tous les reproches que les Français peuvent faire à l'Europe, ils savent qu'il s'agit du meilleur cadre possible pour maintenir un effort militaire. « Même si cela suppose une perte de souveraineté nationale. » Ainsi, ils pensent à 48 % que les armées françaises doivent s'intégrer progressivement dans une armée européenne. Une solution préférée à l'augmentation des capacités d'interventions militaires légères et rapides ou à une hausse de la capacité nucléaire. En revanche, les extrêmes, gauche et droite, refusent toute idée de l'intégration européenne et se rabattent sur les autres réponses. Pour François Miquet-Marty, le faible score du nucléaire n'est pas une surprise : « Les personnes interrogées savent que la France est une puissance nucléaire bien ancrée et que ce n'est pas en augmentant notre capacité en la matière que le degré de sécurité sera plus élevé. » Ce serait même plutôt l'inverse.

David Carzon

A travers trente sondages, le Manifeste recense les souhaits des électeurs. Tous les thèmes de la présidentielle seront abordés jusqu'au 28 mars. Cette photographie donnera lieu à un catalogue de propositions qui sera remis aux candidats.