Un «engin suspect» dans la voiture de Jean-Jé Colonna

CORSE Cette découverte relance les spéculations sur la mort du parrain...

S.C. avec AFP

— 

La découverte d'un "engin suspect", en cours d'expertise, dans la voiture accidentée de Jean-Jé Colonna a relancé lundi les spéculations sur la mort au volant, le 1er novembre 2006, de celui qui était considéré comme le dernier parrain corse.
La découverte d'un "engin suspect", en cours d'expertise, dans la voiture accidentée de Jean-Jé Colonna a relancé lundi les spéculations sur la mort au volant, le 1er novembre 2006, de celui qui était considéré comme le dernier parrain corse. — Olivier Laban-Mattei AFP/Archives

La piste criminelle est relancée. Après la découverte lundi d’un «engin suspect» dans la voiture accidentée de Jean-Jé Colonna, le mystère s’épaissit autour de la mort du parrain corse, survenue le 1er novembre 2006 quand il a percuté à grande vitesse le pilier en béton d’un pont. «La nature exacte de cet engin» reste à déterminer, une «contre-expertise est en cours», ses résultats devraient être connus «la semaine prochaine», a précisé le procureur de la République d'Ajaccio, José Thorel.

Selon «Le Monde» daté de lundi, «Jean-Jé ne se serait pas tué seul» mais «on l'y aurait grandement aidé».
Sur ce point, le juge Thorel est nettement moins affirmatif, s’appuyant sur les rapports remis la semaine dernière par deux experts, l'un en mécanique, l'autre en chimie. «L'hypothèse d'un crime visant directement Jean-Jé me paraît très improbable, même au vu de ces rapports», a-t-il souligné, précisant que la voiture n'était pas celle de Jean-Jé et qu'il l'avait empruntée à un ami.

La thèse de l'accident de la route, privilégiée dès le début, n'est donc pas écartée, pas plus que d'ailleurs que celle d'une explosion ou d'un embrasement accidentels de l'engin, a affirmé le magistrat.
Un autre point fait l'objet de toute l'attention des enquêteurs: la famille de Jean-Jé Colonna a toujours estimé que l'accident était dû à un malaise cardiaque. Or, selon le magistrat, «l'autopsie confirme qu'il n'a pas eu de crise cardiaque au volant, ni même de rupture d'anévrisme».