L'emploi, priorité des habitants des cités

©2006 20 minutes

— 

La lutte contre le chômage est la préoccupation majeure des zones urbaines sensibles. Selon un sondage publié hier par Le Journal du Dimanche, c'est principalement sur l'emploi que les habitants des cités départageront les candidats à la présidentielle. Parmi les thèmes qui pèseront le plus lors du vote, le chômage arrive en tête avec 23 %, devant la précarité (17 %), le pouvoir d'achat (12 %), l'éducation (8 %) et l'insécurité (7 %). Et c'est Nicolas Sarkozy qui, à 27 %, répondrait le mieux d'après les habitants aux problèmes des quartiers populaires. Il devance Ségolène Royal de quatre points (23 %).

Des chiffres contradictoires car 45 % des sondés pensent voter pour un candidat de gauche. En réalité, la candidate du PS pâtit de la concurrence de l'extrême gauche alors qu'à droite, Nicolas Sarkozy a semble-t-il conquis l'électorat de Jean-Marie Le Pen. Seul 1 % des sondés pensent que le leader frontiste prend en compte les problèmes des banlieues. « Nicolas Sarkozy a su mobiliser l'électorat de droite sur la valeur travail. Il est très offensif et fait beaucoup de propositions », analyse Karim Zéribi, le président d'Agir pour la citoyenneté, l'association qui a commandé le sondage. « Ce sondage doit être révélateur pour le PS. Les banlieues ne lui sont pas acquises. Ségolène Royal génère de l'impatience, elle doit désormais convaincre, refuser la victimisation et proposer un plan d'action », explique l'ancien chevénementiste, probable candidat aux législatives à Marseille, actuellement sans étiquette. Karim Zéribi entend mobiliser les politiques autour d'un pacte pour les banlieues, présenté le 24 février et fort de trente propositions concrètes « comme le retour à l'emploi des parents », afin de faire renaître le respect dans les cités.

Olivier Marino

La campagne de sensibilisation des associations citoyennes semble avoir porté ses fruits car 96 % des habitants des banlieues sensibles ont l'intention d'aller voter pour l'élection présidentielle. Et 45 % ont déjà choisi leur candidat.