«Le système des partis ne rompt pas avec le libéralisme»

CANDIDATS Trois questions à Francine Bavay, porte-parole de José Bové...

— 

Reuters

Vous êtes vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, membre de l’exécutif des Verts et êtes aujourd’hui à Saint-Denis pour l’annonce de la candidature de José Bové. Comment est-ce possible?

L’équipe de campagne de José Bové sera formée définitivement ce week-end. Mais d’ores et déjà, José Bové m’a autorisé à m’exprimer en tant que porte-parole. Mon rapprochement avec lui m’a valu une suspension d’un mois de l’exécutif des Verts. Ce qui est normal puisque ce parti soutient un autre candidat.

Pourquoi ne pas soutenir justement Dominique Voynet ?

L’enjeu d’une campagne n’est pas la concurrence entre partis mais la prise en compte de la demande citoyenne. Les Verts proposent des solutions mais restent prisonniers de la loi partisane. Le système actuel des partis ne répond pas aux attentes des citoyens et à leur demande de rupture avec le libéralisme. La base du programme de José Bové correspond aux 125 propositions des collectifs antilibéraux que nous allons désormais rendre plus homogènes. Nous allons ainsi porter un programme de citoyens.

Le discours de candidature de José Bové n’était-il pas plus rouge que vert ?

Il est multicolore. José Bové veut répondre à la fois aux enjeux écologiques et sociaux. S’il a lancé aujourd’hui sa campagne dans la commune ouvrière de Saint-Denis, il s’adressera plus tard à d’autres, notamment aux paysans et aux femmes. Tous les Français auront leur place dans la campagne.

Propos recueillis par A.S



Josébové