Aux Antilles, Royal promet de « tout casser »

©2006 20 minutes

— 

Sans fausse note pour une fois. Ségolène Royal a achevé hier son voyage de trois jours aux Antilles, en s'efforçant de reprendre la main alors que sa campagne continue de patiner. Vendredi, piégée par l'humoriste Gérald Dahan, elle a assuré que « les Français ne seraient pas contre » l'indépendance de la Corse. Et hier, un sondage a indiqué que 57 % des Français jugent « plus solide » la campagne de son adversaire, Nicolas Sarkozy. Aux Antilles, Ségolène Royal a fait mine de s'en moquer, affirmant qu'« il y a encore du temps » d'ici le vote du 22 avril et déclarant en créole : « Nou kay cassé çà » (On va tout casser !) Pour François Rebsamen, son directeur de campagne qui l'accompagnait, ce déplacement doit donner un « nouvel élan » à sa campagne.

A Paris, Jean-Louis Bianco, codirecteur de campagne de Ségolène Royal, a dénoncé hier une « campagne organisée » de la « meute de l'UMP » contre la candidate PS, se déclarant « satisfait » de la campagne, en dépit d'« un passage à vide médiatique ». Selon lui, il n'y a pas eu de « gaffe » de la part de Ségolène Royal que ce soit sur le Québec, la Corse ou les sous-marins nucléaires.