«Le dernier saint capable de l'ouvrir»

©2006 20 minutes

— 

hommage à l'abbe pierre
hommage à l'abbe pierre — S.Pouzet/20minutes

Ils étaient des centaines à attendre hier devant la chapelle du Val-de-Grâce où repose la dépouille de l'abbé Pierre. George, 74 ans, sort ému de la chapelle, cela fait « cinq-six ans » qu'il n'est pas venu à Paris : « Je ne suis pas croyant mais l'abbé devrait être immortel. » Dans la queue, il y a des gens de toutes les nationalités. Ainsi, Margarita, Chilienne, a connu les compagnons Emmaüs dans son pays avant d'être exilée en France pendant la dictature : « C'est grâce à eux que je me suis habillée, meublée. Venir aujourd'hui m'aide à me retrouver. »

Vanessa, étudiante, voulait absolument le rencontrer car « pour son combat, il a osé frôler l'illégalité ». Christine est RMiste après avoir travaillé dans le show-biz, l'abbé Pierre lui rappelle Gandhi. « Ce n'est pas un hasard s'il repose ici, car il avait la grâce. Aujourd'hui, on risque d'avoir de plus en plus besoin d'hommes comme lui. » Mikaël a 28 ans, il est travailleur handicapé et gagne moins que le smic. Ce qui lui a plu chez l'ecclésiastique, c'est qu'il a officié pendant l'enterrement de Coluche : « Il a fait beaucoup pour les gens qui n'ont pas trop d'argent et sa vision de la religion s'adaptait à l'évolution de la société. » Nombreux sont ceux qui soulignent que l'Eglise ne lui fait pas assez honneur aujourd'hui ou que rien n'a bougé depuis l'hiver 54.

Dominique, originaire de Rouen, tenait absolument à venir car il a rencontré plusieurs fois l'abbé Pierre à une période difficile de sa vie. Après la visite, il s'assied sur un banc, pensif. Pierre, retraité, sort lui remonté de la chapelle : « C'est le dernier saint capable de l'ouvrir. C'est le seul qui me raccroche encore à la religion. Après lui et Coluche, c'est le désert. » A côté, Elhadji, agent de sécurité, observe le manège des passants : « Le regard des gens a changé, ça ne durera peut-être qu'une journée mais c'est déjà ça. »

Arnaud Sagnard

Emmaüs organise ce soir un hommage au disparu au Palais omnisports de Paris-Bercy à partir de 19 h 30.