Les flocons jettent un froid sur les routes

©2006 20 minutes

— 

De l'Est à l'Ouest. Météo France a levé hier sa vigilance orange dans le centre et l'est du pays, particulièrement touchés mardi par le froid et les premières neiges. En revanche, elle l'a maintenue jusqu'à ce matin sur toute la partie ouest du territoire, des Landes à la Basse-Normandie. Des chutes de neige sont toujours attendues dans l'intérieur des terres, à des hauteurs comprises entre 5 et 15 cm. Sur l'Ile-de-France, un risque de verglas était annoncé pour la nuit dernière.

Hier, les intempéries hivernales ont continué de créer le trouble dans le pays. Plus de 80 000 foyers étaient privés d'électricité, essentiellement en Auvergne et dans le Limousin.

Sur les routes et les autoroutes, la circulation a été encore difficile. Le ministre des Transports, Dominique Perben, a appelé les conducteurs à prendre la route le moins possible, surtout les chauffeurs de poids lourds. « Ils doivent très strictement respecter les interdictions de rouler lorsqu'elles sont édictées », a-t-il déclaré. Conséquence indirecte de la neige, un automobiliste s'est tué hier matin en percutant un engin de salage sur une route de l'Ardèche. Et trois carambolages ont fait treize blessés, dont deux graves, près de Caen (Calvados). De nombreux tronçons ont été coupés hier, en raison de poids lourds renversés sur la chaussée. L'A 6, qui était fermée depuis mardi, a rouvert hier après-midi, entre Auxerre (Yonne) et Beaune (Côte-d'Or). Jusqu'à 6 000 automobilistes ont été piégés sur place, et plusieurs centaines ont passé la nuit de mardi à mercredi dans des gymnases ou dans leur voiture. Hier, des bouchons se sont rapidement formés dès la réouverture du trafic.

Enfin, la circulation des trains a été perturbée dans le Creuse, et dans l'Est, l'aéroport Bâle-Mulhouse a été fermé à cause de la neige qui est tombée toute la matinée.

Bastien Bonnefous

Conséquence des restrictions de circulation imposées aux poids lourds, la production de véhicules dans les usines PSA Peugeot-Citroën de Mulhouse (Haut-Rhin) et de Sochaux (Doubs) a dû être arrêtée, faute d'approvisionnement. L'arrêt de production concerne quelque 7 800 salariés.