«Il nous laisse l’enfer des hommes»

C.F.
— 
L'Abbé Pierre a laissé un testament très précis, prévoyant notamment la protection légale du nom "Abbé Pierre" et l'organisation de ses funérailles, selon Bernard Violet, biographe (éditions Fayard) du fondateur d'Emmaüs mort lundi matin.
L'Abbé Pierre a laissé un testament très précis, prévoyant notamment la protection légale du nom "Abbé Pierre" et l'organisation de ses funérailles, selon Bernard Violet, biographe (éditions Fayard) du fondateur d'Emmaüs mort lundi matin. — Jean-Philippe Ksiazek AFP/Archives

«Paix à son âme». Mila, une internaute de 20minutes.fr, est l’une des premières à réagir à l’annonce de la mort de l’abbé Pierre lundi matin à 5h25. Suivront de nombreuses contributions louant unanimement «un homme de coeur et de partage». Que les internautes soient croyants ou non. «Même pour un mécréant comme moi, il représentait la vraie foi chrétienne, dans son sens le plus noble envers son prochain, estime ainsi Tsar Kostik. Un des derniers humanistes vient de nous quitter, il a bien mérité le paradis auquel il croyait.» Et d’ajouter : «Il nous laisse l'enfer des hommes». 

Morzadec s’insurge, lui, contre cette «récupération» de l’abbé Pierre, «y compris les anti-cléricaux et les représentants de la gauche la plus sectaire». Il rappelle que le fondateur d’Emmaüs était «une figure, un témoin de la foi catholique. Il était avant tout un prêtre, comme tant de prêtres qui, moins médiatisés, se dévouent au quotidien dans leur paroisse, leur aumônerie ou bien à l'étranger, comme ceux-là que j'ai côtoyés pour mon honneur dans les camps de réfugiés cambodgiens de Thaïlande.»

Karamba, au contraire, se félicite de cette récupération des valeurs de l’abbé Pierre par la gauche : «Heureusement, on a la gauche française pour prendre le relais et éradiquer définitivement la pauvreté de notre pays. En effet quand il n'y aura plus de riches, il n'y aura plus de pauvres...»

Tous s’accordent en revanche sur le fait que l’homme mérite un hommage à sa hauteur. «La France lui doit des funérailles nationales pour tout ce qu'il a fait, c'est la moindre des choses, sinon ce serait la honte pour notre pays», estime Ludwig Pascal. «Ce grand homme mérite d'être enterré au Panthéon!», renchérit Loski.

D’autres lui souhaitent la vie éternelle. «Que Dieu "votre ami" vous accueille comme vous le méritez, écrit Bob. Asmatifany, elle, ne se résout pas : «L'abbé Pierre est un grand homme, et les grands hommes ne meurent jamais.»