Les psychothérapeutes devront passer par la fac

— 

Après un DESS de psychologie, un DESS de psychothérapie? L'Assemblée nationale a adopté jeudi un amendement au texte d'adaptation au droit européen pour les médicaments, rendant obligatoire une formation universitaire pour les psychothérapeutes.

Cet amendement prévoit que la formation «théorique et pratique» des psychothérapeutes «est de nature universitaire et doit se dérouler uniquement dans le cadre de l'université, à l'exclusion de tout autre organisme, sur la compétence et le sérieux desquels les usagers ne disposent d'aucune garantie».

Ce dispositif, présenté par les députés UMP Bernard Accoyer, Jean-Michel Dubernard, Cécile Gallez et Pierre-Louis Fagniez, vient pallier une «carence incompréhensible», à savoir l'absence de décret d'application de l'article 52 de la loi du 9 août 2004 sur la politique de santé publique qui encadrait l'usage du titre de psychothérapeute. Il prévoit que «l'usage du titre de psychothérapeute est réservé aux professionnels inscrits au registre national des psychothérapeutes».

Un deuxième amendement, également voté jeudi par l'Assemblée, traite des psychothérapeutes déjà en exercice. Il prévoit que ceux «justifiant d'au moins trois années d'exercice» à la date de promulgation de la loi «doivent préalablement obtenir l'autorisation d'une commission régionale composée à parité de titulaires d'un diplôme en médecine et de personnes autorisées à faire usage du titre de psychologue», donc au moins titulaires d'une licence en psychologie.

Médicaments Les députés ont également adopté un amendement mettant un terme à la collecte et à l'utilisation des médicaments non utilisés à des fins humanitaires. «Aujourd'hui, moins de 5% des médicaments non utilisés collectés auprès du public» sont redistribués à des fins humanitaires mais «en dehors de tout cadre réglementaire», a souligné Xavier Bertrand.