Fraîchement inscrits, à chauffer pour voter

©2006 20 minutes

— 

Faire voter les nouveaux inscrits : c'est le second défi des associations citoyennes. Pendant des mois, elles ont incité les indécis à s'inscrire sur les listes électorales. Avec succès, à en croire les premiers chiffres. Plus 14 % d'inscrits sur les listes à Paris, 10 % à Marseille, 18 % à Toulouse. Lyon a recensé 58 725 inscriptions cette année contre 32 528 en 2001. Quelque 11 154 habitants de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) se sont inscrits, contre 7 447 en 2001, avant la présidentielle de 2002.

Aujourd'hui, les associations veulent faire de cette mobilisation un corps électoral. « Les nouveaux inscrits ne sont pas convaincus d'aller voter, ils ne se sentent pas représentés », affirme Mohammed Chirani, responsable de l'association Votez banlieues. Mohamed Mechmache, le président d'AClefeu parle même d'éduquer politiquement les récents inscrits. « Ce nouvel électorat n'a jamais voté, mais il a des attentes. Notre premier tour de France a permis de recueillir plus de 20 000 doléances. Les présidentiables devront bien intégrer nos propositions à leurs programmes », affirme le militant. Rendez-vous est déjà pris aujourd'hui avec Ségolène Royal pour le PS et dans les tout prochains jours avec Jean-Louis Borloo pour le gouvernement. L'enjeu est de taille. Décevoir ces nouveaux électeurs, c'est prendre le risque de se retrouver le 22 avril avec un très fort taux d'abstention. Cédric Bloquet, le directeur du Cidem (Civisme et démocratie) en est bien conscient. « La première étape, c'était d'aller s'inscrire sur les listes électorales. La deuxième consiste à transformer ces inscrits en votants. A nous de les mobiliser. Par expérience, nous savons que le passage de l'inscription sur les listes au vote n'est pas du tout automatique. Les gens doivent se rendre compte que le seul moyen de peser dans une démocratie, c'est le vote. » Les campagnes de sensibilisation débuteront en février.

Olivier Marino

Les chiffres officiels d'inscription ne seront connus qu'à la fin février en raison des radiations nécessaires effectuées par l'Insee.