Rendre les BTS et les IUT plus accessibles

— 

L'Intersyndicale, qui était sortie très mécontente le 29 novembre d'un entretien avec Gilles de Robien sur ce texte, qui permet d'économiser 2.800 postes équivalents temps plein au budget 2007, a assuré dans un communiqué représenter "plus de 99% des personnels" du second degré.
L'Intersyndicale, qui était sortie très mécontente le 29 novembre d'un entretien avec Gilles de Robien sur ce texte, qui permet d'économiser 2.800 postes équivalents temps plein au budget 2007, a assuré dans un communiqué représenter "plus de 99% des personnels" du second degré. — Franck Fife AFP/Archives

Des IUT et des BTS pour tous. Le ministère de l'Education prépare actuellement un «texte réglementaire» pour réserver davantage de places aux bacheliers technologiques et professionnels dans les formations professionnalisantes courtes (BTS et IUT). C’est ce qu’a annoncé mercredi le ministre délégué à l'Enseignement supérieur, François Goulard.

Quotas

«Nous avons assisté ces dernières années à un phénomène d'éviction des bacheliers technologiques et professionnels des IUT et BTS au profit des bacheliers généraux», a-t-il expliqué, ajoutant que «ce texte en préparation doit donner une place légitime à ces bacheliers». François Goulard s’est refusé à préciser s'il irait jusqu'à imposer des quotas.

Le ministre a constaté le fort échec de ces jeunes dans les filières généralistes (11% des bacheliers pro accèdent à bac+4) et leur échec «plus faible» dans les filières, professionnalisantes très reconnues par les employeurs, et dans lesquelles, a-t-il précisé, «il reste des places vacantes».

Gilles de Robien, ministre de l'Education et François Goulard ont également dressé un «bilan d'étape» des mesures décidées à partir du rapport Hetzel Université-Emploi, remis fin octobre, en matière d'orientation et d'insertion professionnelle.

Entretien d’orientation


Gilles de Robien a ainsi confirmé la généralisation «dès cette année», d'un entretien individuel d'orientation pour tous les élèves de 3e. Il a précisé qu'«à la prochaine rentrée, les élèves de 1e bénéficieront d'un entretien d'orientation sur le même principe». Sous la responsabilité du professeur principal et en présence, s'ils le souhaitent des parents, cet entretien sera préparé au préalable avec l'aide d'acteurs des chambres de commerce et d'industrie, des métiers ou de l'agriculture. «Ils ne verront pas l'élève mais ils aideront l'équipe pédagogique à définir les questions à poser à l'élève, l'offre de formation sur le territoire et les emplois dans la région», a précisé le ministre.

Le ministre de l’Education a en outre rappelé qu'«entre 25% et 30%» des élèves de 3e avaient choisi cette année l'option de trois heures hebdomadaires de «découverte professionnelle», qui consiste notamment à rencontrer des professionnels.