Bayrou se paye les «grands médias»

©2006 20 minutes

— 

François Bayrou tient son rôle, il ne le lâche pas. Le président de l'UDF sera le candidat du peuple trompé par ses élites. Ses voeux à la presse en ont fait hier la démonstration.

Première cible, les « grands médias » : « J'ai un message pour ces grandes puissances médiatiques : vous n'êtes pas les patrons de la France. Vous avez envie que le deuxième tour oppose Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal, cela vous arrangerait pour le présent et pour l'avenir. Mais nous, Français, sommes un peuple de citoyens : nous ne céderons pas à votre matraquage. »

Les chiffres publiés par le CSA établissent pourtant que le leader centriste a bénéficié d'un temps de parole très honorable sur TF1 en décembre. Insensible à cet argument, François Bayrou a indiqué hier qu'il s'exprimerait à l'Assemblée le 23 janvier pour dénoncer de nouveaux « cadeaux de l'Etat aux chaînes puissantes ».

Autre cible, le duo Ségo-Sarko. « L'émerveillement de Ségolène Royal devant la Chine m'a rappelé l'émerveillement de Nicolas Sarkozy devant George Bush », a ironisé Bayrou. Un de ses proches, le député Maurice Leroy, décrypte : « Deux tiers des Français n'ont voté ni RPR ni PS au 1er tour en 2002. Si François incarne clairement la résistance, nous avons une chance historique. »

Stéphane Colineau

Bayrou reste prêt à diriger une coalition gauche-droite. S'il est élu, il baissera les dépenses de l'Elysée de 20 %. Il soutiendra les petites entreprises, avec des exonérations de charges.