BHL et Bergé deviennent actionnaires de «Libé»

— 

Edouard de Rothschild, 48 ans, héritier d'une dynastie symbole du grand capital, premier actionnaire du quotidien Libération, se définit comme "atypique dans son milieu".
Edouard de Rothschild, 48 ans, héritier d'une dynastie symbole du grand capital, premier actionnaire du quotidien Libération, se définit comme "atypique dans son milieu". — Stéphane de Sakutin AFP/Archives

Au lendemain du vote des salariés de «Libération» approuvant le changement de statut de la société, Edouard de Rothschild, a annoncé jeudi la nouvelle capitalisation du quotidien. L'actionnaire principal avait posé comme condition sine qua non ce changement de statut pour réinjecter des fonds dans le capital d'un titre qui en a cruellement besoin.

Edouard de Rothschild a ainsi présenté la nouvelle liste des actionnaires de «Libération». Certains sont «historiques», comme Pathé, d’autres tout nouveaux, comme l’Italien Carlo Caracciolo, co-fondateur de «La Repubblica».

Selon l’actionnaire principal, la répartition du capital sera composée de la façon suivante :

- 5,8 M€ Edouard de Rothschild (Holding Financier Jean Goujon)
- 5,0 M€ Carlo Caracciolo, à titre personnel (co-fondateur de La Repubblica)
- 1,5 M€ Pathé
- 1,2 M€ Mediascap, société du groupe de La Libre Belgique - La Dernière Heure
- 1,2 M€ d’une dizaine d’investisseurs à titre personnel parmi lesquels Pierre Bergé, André Rousselet, Bernard Henri Lévy, Henri Seydoux
- 0,3 M€ Suez

La SCPL participera également à l’augmentation de capital et contribuera pour un montant à déterminer. Parallèlement, la Société des Lecteurs de Libération a fait part de son intention de souscrire à l’augmentation de capital. Par ailleurs, des apports en nature sont en négociation avec «La Libre Belgique»-«La Dernière Heure».

Cette augmentation de capital de 15M€ sera soumise au vote de l’Assemblée générale extraordinaire demain. Les pertes du journal sont estimées à 12 millions d'euros pour l'année dernière.