Le «combat» de Royal <br>pour la famille, <br>le logement, les jeunes

Catherine Fournier

— 

La socialiste Ségolène Royal a annoncé jeudi qu'en cas de victoire à la présidentielle, son "premier combat sera pour les familles" avec un vaste plan pour le logement, dans des voeux aux Français qui ont pris l'ampleur d'un discours-programme.
La socialiste Ségolène Royal a annoncé jeudi qu'en cas de victoire à la présidentielle, son "premier combat sera pour les familles" avec un vaste plan pour le logement, dans des voeux aux Français qui ont pris l'ampleur d'un discours-programme. — Bertrand Guay AFP

Attendue au tournant. Ségolène Royal a présenté ses vœux aux Français jeudi midi depuis le siège du PS, rue de Solférino à Paris. Un discours particulièrement attendu, notamment après l’annonce du gouvernement de créer un droit opposable au logement à partir de 2008. Faisant allusion à cette promesse, la candidate socialiste a assuré qu’elle «ferait tout pour élever le débat de la campagne électorale», «évitant les promesses trop tardives ou trop précipitées pour être honnêtes».

«Plus que des vœux», Ségolène Royal a ainsi fait part de «sa volonté» pour la France à venir, attaquant son programme par la famille, son grand thème de prédilection. Or, selon la candidate, le logement est la «condition première d’une vie de famille sécurisée». Une façon de se démarquer du débat actuel sur l’hébergement d’urgence des SDF en axant son discours sur le logement pour tous. «L’urgence médiatique ne doit pas faire oublier le fond de la crise du logement», a-t-elle rappelé, préconisant notamment, comme Dominique de Villepin mercredi, de veiller à «la construction des 120.000 logements sociaux dont on a besoin».

Ne s’attardant pas sur le droit opposable au logement, «qui ne doit pas être une simple promesse électorale», la députée des Deux-Sèvres a proposé la création d’un service public de la caution, afin d’assurer les impayés de loyer et éviter les expulsions ainsi que l’extension des prêts gratuits pour encourager l’accès à la propriété des ménages en logement HLM depuis plusieurs années. Concernant l’hébergement d’urgence, la candidate a tout de même ressorti des cartons socialistes une loi de 1994 qui oblige une commune à disposer d’une place pour 1.000 habitants.

Un logement pour tous, donc, y compris pour les «étudiants et les jeunes travailleurs», auxquels Ségolène Royal a consacré une grande partie de son discours et de ses annonces. Les jeunes doivent pouvoir se loger mais aussi travailler. Afin de faciliter leur arrivée dans la vie active, la présidente de Poitou-Charentes propose de généraliser les bourses et les emplois tremplin mis en place dans les régions et d’octroyer un prêt gratuit de 10.000 euros pour chaque jeune atteignant la majorité.

Des propositions concrètes qui ont manqué dans les deux autres volets du programme de la candidate PS, à savoir «l’efficacité économique» et la place de la France dans l’Europe. Des thèmes dont l’actualité est un peu moins brûlante.