Gastro, le pire est à venir

— 

L'épidémie de gastro-entérite en France, lors de dernière semaine de décembre 2006.
L'épidémie de gastro-entérite en France, lors de dernière semaine de décembre 2006. — DR

Pas de répit après les fêtes, la gastro sévit plus que jamais. Si la traditionnelle épidémie hivernale a déjà touché près de 420.000 personnes les quinze derniers jours de l'année, le pic pourrait être atteint à la mi-janvier, selon le réseau Sentinelles de l'Inserm.

On relève 401 cas pour 100.000 habitants par semaine au dessus du seuil épidémique (278). Fin 2006, dix régions avaient dépassé le seuil épidémique, les deux régions les plus touchées étant la Basse-Normandie (888 cas/100.000 habitants) et la Haute-Normandie (828).

«45% des cas rapportés avaient moins de 25 ans», selon les médecins Sentinelle, un réseau de surveillance créé en 1984. Les règles d'hygiène de base sont donc plus que jamais d'actualité pour éviter cette diarrhée aiguë : lavez-vous les mains avec de l'eau et du savon en sortant des toilettes, avant de préparer les repas ainsi qu'avant et après avoir changé votre bébé. Et fuyez les postillons de votre voisin!

Côté grippe, le réseau note une «activité grippe en augmentation» en métropole. La fréquence hebdomadaire du nombre de cas est cependant restée en deçà du seuil épidémique. En ce qui concerne la varicelle, c'est une «activité forte» qui a marqué la semaine du 25 au 31 décembre avec un franchissement au niveau national du seuil épidémique (29 cas pour 100.000 habitants) et des «foyers intenses» dans les régions Rhône-Alpes (137 cas pour 100.000 habitants), Haute-Normandie (121) et Languedoc-Roussillon (82). La maladie se manifeste en revanche de façon modérée dans les régions PACA (84), Bretagne (34), Centre (33) et Aquitaine (29).

Carte : bilan de l'épidémie pour la dernière semaine de décembre.