Les violences scolaires innovent aussi

©2006 20 minutes

— 

Les comportements violents à l'école suivent les modes technologiques. En 2005-2006, le personnel scolaire été davantage visé par des actes malveillants, selon une note du ministère de l'Education nationale qui vient de paraître. Ce document fait état d'« une dégradation de la situation depuis 2002-2003 », avec une hausse des incidents qui concerne surtout les profs (+ 7 % par rapport à l'année 2004-2005). S'ils sont surtout exposés aux injures et menaces d'élèves – sept incidents sur dix signalés –, des « formes de violence inédites » sont apparues. Notamment « les blogs portant atteinte à la vie privée » et le « happy slapping », qui consiste à filmer avec un téléphone portable des brutalités envers des profs.

Selon l'Education nationale, près d'un élève sur deux, collégien ou lycéen, anime ou participe à un blog, le plus souvent inoffensif. Un phénomène qui s'est développé depuis l'été 2004, au point que depuis la rentrée 2005, une « charte Internet », annexée au règlement intérieur des établissements scolaires, rappelle qu'il est interdit « d'injurier, d'utiliser une photo sans demander son avis à la personne figurant dessus ». En mars 2005, huit collégiens avaient été exclus pour avoir critiqué certains de leurs profs sur leurs blogs. Tous considérés comme de « bons élèves », ils s'étaient moqués de leurs enseignants via des dessins ou des photos. L'un d'eux, élève dans le Puy-de-Dôme, avait qualifié ses profs de « petits péteux ».

Concernant le « happy slapping », le Sénat a indiqué hier vouloir réprimer davantage cette pratique lors de l'examen en deuxième lecture, la semaine prochaine, du projet de loi sur la prévention de la délinquance.

Bastien Bonnefous

Point positif du rapport, les actes à motif raciste et antisémite ont poursuivi leur déclin en 2005-2006. Ils sont respectivement en baisse de 20 % et de 40 %. Le nombre d'agressions à caractère sexuel a aussi diminué.