Le droit au logement sort des cartons

©2006 20 minutes

— 

Une proposition de loi du député UMP Georges Fenech "instituant un droit au logement opposable" a été remise mardi à l'Assemblée nationale à Augustin Legrand, fondateur des Enfants de Don Quichotte, qui a souhaité un "consensus politique" contre le "mal-logement".
Une proposition de loi du député UMP Georges Fenech "instituant un droit au logement opposable" a été remise mardi à l'Assemblée nationale à Augustin Legrand, fondateur des Enfants de Don Quichotte, qui a souhaité un "consensus politique" contre le "mal-logement". — Anne-Christine Poujoulat AFP

Jamais, depuis le célèbre hiver 1954, les politiques ne s'étaient autant préoccupés des sans-abri. Des députés ont pondu en un temps record une proposition de loi « instituant un droit au logement opposable » devant les tribunaux. Signé par Georges Fenech (UMP), ce texte a été remis à Augustin et Jean-Baptiste Legrand hier à l'Assemblée. Les deux frères sont à la tête des Enfants de Don Quichotte, l'association instigatrice des campements de sans-abri installés à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Nice. Augustin Legrand a salué le travail des députés. « Pour agir, ils avaient besoin que les Français soient sensibilisés au problème. Aujourd'hui, le consensus existe. Il faut désormais organiser très vite un Grenelle du logement et faire voter une loi à l'unanimité pour qu'elle survive aux alternances politiques. »

Un différend est néanmoins apparu entre l'association et les autorités. Les Enfants de Don Quichotte préviennent qu'ils ne quitteront pas les quais du canal Saint-Martin, à Paris, tant que les trois cents sans-abri présents ne seront pas logés. Cela suppose de « trouver immédiatement des logements pérennes pour ceux qui sont travailleurs pauvres », prévient l'association, qui suggère « de réquisitionner des bâtiments publics ». Problème, ni les députés ni Arno Klarsfeld, chargé d'une mission sur le droit à l'hébergement par Nicolas Sarkozy, ne veulent entendre parler de réquisitions. Georges Fenech prévient : « On ne pourra pas proposer de logements définitifs aux sans-abri du canal Saint-Martin. Les logements manquent, cela prend des années pour en construire. Mais nous proposerons dans les tout prochains jours des propositions de relogement pour tous. » Pas sûr que cela suffise.

S. C.

Le Premier ministre tiendra cet après-midi à Matignon un point de presse sur le droit au logement opposable, à l'issue de la remise d'un rapport sur le sujet.