Alors, euro?

— 

Après des mois de combat pour tenter d'adopter l'euro au 1er janvier 2007, l'Estonie est près de jeter l'éponge, en raison d'une inflation trop élevée et de la nouvelle inflexibilité de la Commission européenne sur le respect des critères de convergence.
Après des mois de combat pour tenter d'adopter l'euro au 1er janvier 2007, l'Estonie est près de jeter l'éponge, en raison d'une inflation trop élevée et de la nouvelle inflexibilité de la Commission européenne sur le respect des critères de convergence. — Pedro Armestre AFP/Archives

Les Français fâchés avec la monnaie unique européenne. Selon un sondage TNS Sofres à paraître jeudi dans Le Pèlerin, 52% d’entre eux estiment que l’euro est une « mauvaise chose pour la France » (contre 45% en décembre 2003), 51% pensent qu’il est mauvais pour la croissance économique (45% en 2003) et 53% mauvais pour l’emploi (50% il y a trois ans).

Interrogés sur l’effet de l’euro sur eux « personnellement », 57% le jugent également mauvais (contre 56% en 2003), notamment parce qu'il a provoqué une aggravation de la hausse des prix. C’est en tous les cas ce que pensent une énorme majorité de 94% des sondés.

Impopulaire, l’euro est également converti en francs, « toujours » pour 25% des Français, « souvent » pour 23% et « de temps en temps » pour 32%. Seuls 20% affirment ne « jamais » avoir à calculer une somme dans l’ancienne monnaie nationale.

Et vous, qu’en pensez-vous ? L’euro n’a-t-il pas fait de vous un internaute heureux ?