«Pas question de vendre des médicaments en grande surface»

C. L.

— 

A partir de mercredi, 152 médicaments au Service médical rendu (SMR) "insuffisant" - expectorants, fluidifiants bronchitiques, antidiarrhéiques - ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale, une mesure qui devrait permettre d'économiser 305 M d'euros en année pleine.
A partir de mercredi, 152 médicaments au Service médical rendu (SMR) "insuffisant" - expectorants, fluidifiants bronchitiques, antidiarrhéiques - ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale, une mesure qui devrait permettre d'économiser 305 M d'euros en année pleine. — Joël Saget AFP/Archives

«Il n’est pas question de vendre des médicaments en grande surface». C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, mercredi, après que le Figaro a fait état d’un rapport favorable à l’automédication qui sera remis au ministre début 2007.

«Aujourd'hui, l'automédication est une réalité: à peu près 10% des médicaments sont vendus sans ordonnance, et 6% de ces médicaments en valeur», a expliqué le ministre.

«Ce qui m'intéresse, c'est de mieux organiser cette automédication en donnant plus d'informations et de conseils aux patients et en passant forcément par le pharmacien: pas question de vendre des médicaments dans les grandes surfaces, je le dis très clairement», a-t-il insisté.

Le ministre a également affirmé qu'«il n'est pas question de dérembourser de nouveaux médicaments, car si l'automédication, c'est faire prendre en charge par le patient à la place de l'assurance maladie ces médicaments, ça ne m'intéresse pas».

Selon l'Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable, il suffirait que 5% des médicaments prescrits passent à l'automédication pour réaliser 2,5 milliards d'économies. «On n'a pas besoin de ce type de mesures pour que la Sécurité sociale revienne à l'équilibre», a assuré le ministre.

Certes! Mais quand on sait que le déficit de la sécurité sociale doit dépasser les 10 milliards d’euros en 2006 et que les dépenses de médicaments représentent 20% de la branche maladie de la sécu, favoriser l’automédication pourrait tout de même aider à retrouver l’équilibre…