Nathalie Gettliffe passera les fêtes en famille

avec AFP

— 

La Française Nathalie Gettliffe, qui doit être transférée en France pour y purger le reste de sa peine, n'avait pas encore quitté le Canada jeudi, mais devait le faire dans la journée, a-t-on indiqué de source canadienne.
La Française Nathalie Gettliffe, qui doit être transférée en France pour y purger le reste de sa peine, n'avait pas encore quitté le Canada jeudi, mais devait le faire dans la journée, a-t-on indiqué de source canadienne. — AFP/Archives

Nathalie Gettliffe, condamnée à 16 mois de prison par la justice canadienne pour enlèvement d'enfants, et incarcérée depuis vendredi matin à Fleury-Mérogis, a sollicité et obtenu une permission de sortie pour Noël. Le parquet et le juge d'application des peines deux permissions de sortie de trois jours chacune, l'une pour Noël et l'autre pour le jour de l'an.

Le tribunal de grande instance d'Evry a également reçu vendredi matin une demande de libération conditionnelle. Cette demande va être examinée par un juge d'application des peines, le 9 janvier prochain.

Encore six mois à purger

Nathalie Gettliffe, arrivée à l'aéroport de Roissy à 6h15 vendredi, avait été aussitôt conduite dans un petit bureau de la Police aux frontières (PAF). Puis présentée au vice-procureur de Bobigny.

Celui-ci lui a notifié son incarcération à la maison d'arrêt pour femmes de Fleury-Mérogis (Essonne), la prison de Valence ne disposant pas d'une structure adaptée pour les bébés, alors qu'elle est accompagnée de son enfant né en prison. Son compagnon avait demandé qu'elle soit écrouée à Valence, près de leur domicile.

Nathalie Gettliffe, 35 ans, a été condamnée le 4 décembre après avoir plaidé coupable par un tribunal de Vancouver, en Colombie-Britannique (ouest du Canada), à 16 mois de prison et 3 ans de mise à l'épreuve pour l'enlèvement en 2001 des deux enfants de son mariage avec le Canadien Scott Grant. Après avoir effectué le début de sa peine au Canada, il lui reste au maximum 6 mois à purger, à moins qu'elle ne bénéficie d'une remise en liberté conditionnelle.