Une «bagarre ordinaire» et une «malformation cardiaque» ont tué Carl

avec AFP

— 

Un élève de 12 ans est mort jeudi dans un collège de Meaux (Seine-et-Marne) après avoir été frappé par un autre collégien de 11 ans et roué de coups à terre par d'autres élèves lors d'une bagarre après un cours d'éducation physique, selon des sources concordantes.
Un élève de 12 ans est mort jeudi dans un collège de Meaux (Seine-et-Marne) après avoir été frappé par un autre collégien de 11 ans et roué de coups à terre par d'autres élèves lors d'une bagarre après un cours d'éducation physique, selon des sources concordantes. — Pierre Andrieu AFP/Archives

Carl, jeune collégien de 12 ans tué jeudi, n'est pas mort roué de coups, même s’il a été frappé à plusieurs reprises par un garçon et une fille de 11 ans. Carl, scolarisé à l’établissement Albert-Camus de Meaux, «souffrait d'une malformation cardiaque grave avec une artère coronarienne “large comme un cheveu», selon l'expression des médecins légistes», a affirmé vendredi le procureur René Pech au cours d'une conférence de presse au palais de justice de Meaux rapportée par l’agence Reuters.

La bagarre, survenue à la fin d'un cours d'Education physique dans un gymnase mis à la disposition des élèves du collège Albert-Camus, demeure néanmoins l'origine de la mort. Ses camarades de classe ont été mis en examen vendredi pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Le
juge d'instruction a également décidé de leur placement dans un foyer compte tenu du fait qu'ils «ont fait l'objet de menaces de représailles» et avec le souci de les «aider à prendre conscience du geste qu'ils ont commis et pour lequel ils sont très traumatisés», a précisé René Pech. Ils feront plus tard l'objet de mesures éducatives, la détention étant inaccessible aux mineurs de moins de 13 ans.

Le décès de Carl, qui apparaît désormais comme partiellement accidentel, suscitait néanmoins une grande émotion vendredi dans son collège.

Tous les cours de l'après-midi ont été annulés, et quelque 200 à 300 élèves rassemblés devant la grille de l'établissement peu après 14H00 ont respecté en sa mémoire plusieurs minutes de silence, avant de s'ébranler pour une marche silencieuse spontanée. Une photo de Carl, en sweat-shirt rouge et les yeux masqués d'un carré blanc, avait été accrochée à la grille dans la matinée, ainsi que des poèmes rédigés par les élèves.