Agnelet : le parquet n’exclut pas de faire appel

— 

Le parquet général près la cour d'appel d'Aix-en-Provence "réfléchit" à la possibilité de faire appel du verdict de la cour d'assises des Alpes-Maritimes qui a acquitté Jean-Maurice Agnelet de l'assassinat d'Agnès le Roux.
Le parquet général près la cour d'appel d'Aix-en-Provence "réfléchit" à la possibilité de faire appel du verdict de la cour d'assises des Alpes-Maritimes qui a acquitté Jean-Maurice Agnelet de l'assassinat d'Agnès le Roux. — Valery Hache AFP

Le parquet général près la cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) «réfléchit» à la possibilité de faire appel du verdict de la cour d'assises des Alpes-Maritimes qui a acquitté Jean-Maurice Agnelet de l'assassinat d'Agnès le Roux, selon une source judiciaire.

Rien n'a été formalisé mais le parquet général réfléchit à cette éventualité «qui serait dans la logique des choses», a ajouté la même source. Le parquet a dix jours pour en décider.

C'est la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence qui avait décidé, le 25 octobre 2005, de renvoyer l'ex-avocat devant les assises.

Mercredi, la cour d'assises des Alpes-Maritimes a acquitté Jean-Maurice Agnelet, 68 ans, de l'assassinat d'Agnès le Roux, une des héritières du casino le Palais de la Méditerranée, dont la disparition, en 1977, constitue la plus grande énigme judiciaire de la Côte d'Azur.

La cour a jugé qu'Agnès Le Roux a bien été assassiné, même si son corps n'a jamais été retrouvé. En revanche, à la question de savoir si elle avait été assassinée par Agnelet, le jury a répondu «non».