Clearstream : Villepin aurait eu des listings falsifiés

— 

Le Premier ministre Dominique de Villepin est arrivé jeudi à 08H55 au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris poury être entendu comme témoin par les deux juges de l'affaire Clearstream.
Le Premier ministre Dominique de Villepin est arrivé jeudi à 08H55 au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris poury être entendu comme témoin par les deux juges de l'affaire Clearstream. — Patrick Kovarik AFP

Alors que Dominique de Villepin est actuellement entendu comme témoin dans l’affaire Clearstream, une pièce du dossier, embarassante pour le Premier ministre, refait surface. Selon le PV de l’audition de Philippe Camus, ancien président d'EADS, interrogé le 13 décembre par les juges Jean-Marie d’Huy et Henri Pons, Jean-Louis Gergorin aurait remis de faux listings bancaires à Dominique de Villepin.


Philippe Camus y raconte, selon «Le Monde» daté de vendredi, que Jean-Louis Gergorin, alors son subordonné, lui avait laissé un message, début mai 2006, sur son répondeur téléphonique, affirmant qu'il avait remis certains des listings de l'affaire à Dominique de Villepin en janvier 2004.

Or, Gergorin a reconnu devant la justice être le «corbeau» qui avait adressé à la justice les documents falsifiés en 2004 mais a toujours nié avoir remis des documents à Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères.

Par ailleurs, selon Le Monde, Jean-Louis Gergorin, toujours dans ce message, aurait affirmé : «Jamais dans les listings que j'ai donnés au général Rondot en octobre-novembre 2003 et jamais dans les listings que j'ai transmis à Dominique de Villepin en janvier 2004 ne figurait de près ou de loin le nom de Nicolas Sarkozy».

Il est pourtant acquis que ces listings ont bien été falsifiés avec l'introduction de noms de personnalités, dont celui de Nicolas Sarkozy, ce qui pourrait nourrir, estime Le Monde, si ce point était confirmé, le soupçon de «recel de faux» à l'encontre de Dominique de Villepin.