Le «félon» regagne le rang

— 

Bruno Mégret, ancien numéro 2 du FN, avant la scission du parti en 1998, a annoncé mercredi son soutien à la candidature présidentielle de Jean-Marie Le Pen, à l'issue d'un rendez-vous avec le président du Front national.
Bruno Mégret, ancien numéro 2 du FN, avant la scission du parti en 1998, a annoncé mercredi son soutien à la candidature présidentielle de Jean-Marie Le Pen, à l'issue d'un rendez-vous avec le président du Front national. — Philippe Huguen AFP/Archives

Mégret déclare sa flamme. Le fondateur du Mouvement national républicain (MNR), Bruno Mégret, a annoncé mercredi son soutien à la candidature présidentielle de Jean-Marie Le Pen, à l'issue d'un rendez-vous avec le président du Front national. Au côté de son ancien chef, sur le perron de l'hôtel particulier de Montretout qui abrite le bureau du chef du FN, il a annoncé à la presse qu'il "retirait" sa candidature à la présidentielle de 2007.

Bruno Mégret, qui avait rompu en 1998 avec Le Pen pour fonder le MNR, a évoqué «une réconciliation personnelle» et «politique». «Je refuse, a-t-il expliqué, que les Français aient comme seul choix un vote Sarkozy ou un vote Royal au second tour de la présidentielle.»

Accompagnés de leurs épouses, les deux dirigeants d'extrême-droite se sont serré la main devant les photographes. De son côté, Jean-Marie Le Pen s'est félicité de voir «l'union patriotique» se mettre en place autour de sa candidature.