Une loi qui jetterait un caillou dans la mare en Nouvelle-Calédonie

©2006 20 minutes

— 

Le caillou dans les chaussures parlementaires. Les députés entament aujourd'hui l'examen du projet de loi sur le corps électoral néo-calédonien.

Un texte qui divise fortement sur le Caillou comme au sein de la majorité. Ce projet vise à geler au 8 novembre 1998 le corps électoral pour les élections provinciales dans l'archipel. Il est défendu par Jacques Chirac, en vertu de l'accord de Nouméa de 1998, et par les indépendantistes néo-calédoniens. L'accord prévoit que ne peuvent voter aux élections provinciales que les personnes ayant dix ans de résidence dans l'archipel et installées avant le 8 novembre 1998, date du référendum sur l'accord.

Les anti-indépendantistes refusent ce « gel » au 8 novembre 1998. Ils sont soutenus par plusieurs députés UMP, notamment des sarkozystes. Hier, Bernard Accoyer, patron des députés UMP, a affirmé que « la parole de l'Etat » serait « respectée ». Le projet de loi passera sans doute grâce aux voix de l'UDF et du PS, qui craignent que la paix civile soit menacée en Nouvelle-Calédonie si le projet était rejeté.