Je ne suis pas «raciste» assure Pascal Sevran

— 

Un déluge de critiques s'est abattu vendredi sur l'animateur et écrivain Pascal Sevran, à la suite de propos jugés racistes qui ont déclenché le dépôt d'une plainte et de multiples appels à le priver d'antenne sur la télévision publique.
Un déluge de critiques s'est abattu vendredi sur l'animateur et écrivain Pascal Sevran, à la suite de propos jugés racistes qui ont déclenché le dépôt d'une plainte et de multiples appels à le priver d'antenne sur la télévision publique. — Pierre Verdy AFP/Archives

L'animateur de télévision Pascal Sevran a affirmé samedi que«rien dans (sa) façon de penser ne prête au racisme» et que ses propos sur la famine en Afrique ont été «caricaturés».

«Rien dans ma vie et ma façon de penser ne prête au racisme», a-t-il déclaré dans une interview à RTL, rappelant qu'il est issu d'une famille «d'immigrés espagnols».

Dans une interview au quotidien Var-Matin daté du 2 décembre, interrogé sur une phrase extraite de son dernier livre, «Le privilège des jonquilles» (Albin Michel): «La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique», il avait répondu, «Et alors? C'est la vérité! L'Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète!»

Interrogé sur ces propos, samedi matin sur RTL, l’animateur s’est justifié en assurant: «Ca s'appelle le contrôle des naissances (...) C'est mieux dit. Je maintiens que le contrôle des naissances est important pour éviter que les enfants souffrent».

Certes, en attendant, le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais (Collectifdom) a annoncé vendredi le dépôt d'une plainte contre Pascal Sevran, en dénonçant des propos et des écrits de cet animateur et auteur qu'il qualifie de «racistes» et eugénistes.

Une plainte et des propos qui pourraient lui coûter son poste : la direction de France 2 a assuré vendredi soir, que l’animateur serait convoqué «dans les plus brefs délais».