Sarkozy quittera son poste avant l'élection

©2006 20 minutes

— 

Nicolas Sarkozy a pris garde de ménager Ségolène Royal, la candidate socialiste en 2007 à qui il devrait être opposé, et Michèle Alliot-Marie, qui pourrait vouloir lui disputer le soutien de l'UMP pour se présenter à l'élection présidentielle, jeudi soir sur France 2.
Nicolas Sarkozy a pris garde de ménager Ségolène Royal, la candidate socialiste en 2007 à qui il devrait être opposé, et Michèle Alliot-Marie, qui pourrait vouloir lui disputer le soutien de l'UMP pour se présenter à l'élection présidentielle, jeudi soir sur France 2. — Dominique Faget AFP

Très tranquille la rupture. C'est un Nicolas Sarkozy apaisé qui est apparu hier soir sur France 2, le jour où sa candidature à l'investiture UMP pour la présidentielle était dans tous les journaux. Le tout donnait une impression de déjà-vu. Toutes les mesures présentées par le candidat étaient déjà bien connues : suppression de l'excuse de minorité pour les délinquants mineurs, peines plancher pour les multirécidivistes, responsabilité des magistrats, exonération des charges pour les heures supplémentaires, contrat de travail unique...

Quelques précisions ont été apportées sur les contours de sa candidature, et notamment son départ du gouvernement. « Je suis candidat et je ne veux pas de mélange des genres, a expliqué Nicolas Sarkozy. Donc, je ne serai pas ministre au moment de l'élection présidentielle. On verra le moment exact de la date. » Ajoutant qu'il est « le premier » à s'imposer cette règle.

A la recherche d'une nouvelle stature, le candidat s'est imposé comme le rassembleur de sa famille politique. Et a même défendu ceux qui sont attaqués pour leurs idées nouvelles. C'est-à-dire, dans son esprit, Ségolène Royal et lui-même.

David Carzon

Le président de l'UMP a évoqué les noms de Christine Boutin, de Nicolas Dupont-Aignan, de Jean-Louis Borloo et de la chiraquienne Michèle Alliot-Marie comme candidats possibles à l'investiture UMP. « Je suis pour la concurrence, la démocratie, les débats », a précisé Nicolas Sarkozy.