Grammaire : Robien risque d'aggraver son cas d'école

©2006 20 minutes

— 

Après la lecture, Gilles de Robien s'attaque au chantier de la grammaire, au risque de fâcher à nouveau le corps enseignant. Le linguiste Alain Bentolila a remis, hier, au ministre de l'Education un rapport en ce sens prônant un retour à des vrais cours de grammaire.

Le texte prône un enseignement spécifique avec une méthode progressive et un vocabulaire plus simple à l'école et au collège. « Il faut revenir à la grammaire », a expliqué mardi le ministre, « non par nostalgie mais parce qu'elle est quelque chose de structurant ». Selon le rapport, l'enseignement doit aller « du plus simple au plus complexe et du plus fréquent au plus rare ». Le linguiste veut également revenir à des cours systématiques pour ne plus l'aborder au gré de textes étudiés. Ses recommandations seront prises en compte pour une réforme entrant en vigueur à la rentrée 2006-2007 et qui entraînera une modification des manuels scolaires. « Un retour aux fondamentaux est nécessaire, certains élèves n'ont en effet plus les moyens de s'exprimer », estimait hier une professeur de français d'Ile-de-France. D'autres enseignants estiment que les modifications préconisées sont déjà appliquées. Gilles de Robien a précisé que les cours spécifiques seront définis au printemps, après des consultations avec un groupe d'experts.

Arnaud Sagnard

Les enseignants pourraient bientôt être invités à travailler plus longtemps à cause d'un projet de décret qui veut réduire les « décharges horaires » dont bénéficient certains d'entre eux. Les syndicats du second degré qui protestent contre ce projet ont été reçus à ce sujet, hier rue de Grenelle.