La gestion de l'affaire Leonarda «fait monter le FN», accuse Jean-François Copé

POLITIQUE Le président de l'UMP s'est inquiété dimanche du bénéfice que le Front national pouvait tirer de l'affaire Leonarda...

avec AFP

— 

Le président de l'UMP Jean-François Copé à Chateaurenard, le 25 août 2013.
Le président de l'UMP Jean-François Copé à Chateaurenard, le 25 août 2013. — DEFOSSEZ FREDERIC/SIPA/SIPA

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, s'est inquiété dimanche du bénéfice que le Front national pouvait tirer de l'affaire Leonarda, assurant qu'il n'était «pas question de laisser l'extrême droite profiter de l'impéritie du président de la République».

«Cela fait monter le Front national»

«Je préviens: tout cela, cela fait monter le Front national et je ne laisserai pas faire ça«, a déclaré Jean-François Copé au micro d'Europe 1. «Il n'est pas question de laisser l'extrême droite profiter de l'impéritie du président de la République», a-t-il ajouté.

«Un coup terrible à l'autorité de l'Etat»

Jean-Francois Copé a accusé à nouveau François Hollande d'avoir «porté un coup terrible à l'autorité de l'Etat» en proposant à la collégienne rom kosovare expulsée le 9 octobre de revenir seule en France si elle le souhaitait. «On a tout simplement, par la voix du président de la République, bafoué l'autorité de l'Etat», a-t-il affirmé.

«Réécrire complètement la politique de l'immigration en France»

Selon le président de l'UMP, «il faut réécrire complètement la politique de l'immigration en France», et en particulier «renforcer le contrôle aux frontières et sortir les pays qui à l'intérieur de Schengen sont incapables de faire leur travail de contrôle».

«La deuxième priorité, c'est qu'une bonne fois pour toutes on arrête d'être le pays le plus attractif d'Europe en matière sociale pour les étrangers», a poursuivi le président de l'UMP.

«La France est un pays bien généreux, mais cette fois-ci ça suffit!»

«La France est un pays bien généreux, mais cette fois-ci ça suffit!», a-t-il déclaré, en soulignant que la famille de Leonarda, arrivée en 2009, était restée quatre années en France malgré «huit procédures de demandes d'asile toutes rejetées par l'administration».

«Je veux dire aux Français, il faudra le moment venu que la droite républicaine remette tout cela sur la table et fasse des propositions», a promis Jean-François Copé.