Sarkozy candidat à la présidentielle dès jeudi

— 

La gauche et l'extrême droite fustigent l'immigration "choisie", principe au coeur de la réforme que doit présenter jeudi le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, dénonçant une "formule", un "fantasme", voire le "racisme" qui inspirerait ses mesures.
La gauche et l'extrême droite fustigent l'immigration "choisie", principe au coeur de la réforme que doit présenter jeudi le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, dénonçant une "formule", un "fantasme", voire le "racisme" qui inspirerait ses mesures. — Joël Saget AFP/Archives

Annoncer sa candidature à la présidentielle, mercredi 29 novembre, le jour même de l’anniversaire des 74 ans de Jacques Chirac ? Probablement pas. Non, pour être certain d’apporter le maximum de résonance médiatique à sa déclaration, le ministre de l’Intérieur devrait officialiser sa candidature à la magistrature suprême, le lendemain, jeudi, selon des parlementaires UMP.

Et le soir même, une semaine après avoir été reçu par PPDA sur TF1, il expliquera sa décision lors de l’émission de France 2 «A vous de juger». L’occasion aussi de présenter ses thèmes de campagne : sécurité, immigration, pouvoir d’achat, éducation.

D’ici là, le président de l’UMP a reçu, mardi soir, les députés et sénateurs UMP, pour leur demander de se préparer pour la campagne à venir. Trois forums régionaux devraient être par ailleurs organisés, en décembre, un à Paris et deux en province.

La période de dépôt des candidatures pour représenter l’UMP à la présidentielle a été fixée jeudi dernier du 23 novembre au 31 décembre. Les plus de 300.000 adhérents du parti choisiront, ensuite, lors d’un congrès, leur candidat, le 14 janvier. Un système loin des primaires socialistes.

Reste deux questions: une fois la candidature de Nicolas Sarkozy officialisée, quand démissionnera-t-il de son poste de ministre de l’Intérieur, chargé d’organiser les élections?
Et surtout qui le remplacera?