Neuville: découvert du corps d'une troisième personne

— 

Une explosion a détruit dans la nuit de dimanche à lundi un immeuble d'habitation à Neuville-sur-Saône (Rhône), dans l'agglomération lyonnaise, tuant deux personnes dont un gendarme et faisant cinq blessés, ont indiqué les gendarmes.
Une explosion a détruit dans la nuit de dimanche à lundi un immeuble d'habitation à Neuville-sur-Saône (Rhône), dans l'agglomération lyonnaise, tuant deux personnes dont un gendarme et faisant cinq blessés, ont indiqué les gendarmes. — Philippe Merle AFP

Le corps sans vie d'une troisième personne, recherchée suite à l'explosion qui a détruit dans la nuit de dimanche à lundi un immeuble d'habitation à Neuville-sur-Saône (Rhône), a été découvert mardi matin vers 06H40, sous les décombres.
Le jeune homme, âgé de 25 à 30 ans, habitait le dernier étage de l'immeuble. Il avait été vu pour la dernière fois sur place lors de la soirée précédant le drame et était également recherché dans son entourage.

L'explosion d'un immeuble du centre-ville de Neuville-sur-Saône, près de Lyon, dans la nuit de dimanche à lundi, a fait au total trois morts dont un gendarme de 31 ans, selon les enquêteurs qui doivent déterminer si l'explosion, sans doute due au gaz, est liée à une tentative de suicide.
Appelés par des voisins qui se plaignaient d'un tapage nocturne provenant d'un habitant du 45 rue de la République, en plein centre ville de ce village coquet des bords de Saône, les gendarmes avaient aussitôt senti une forte odeur de gaz.
Ils avaient commencé à évacuer l'immeuble lorsque l'explosion a eu lieu, selon le commandant Armand, qui a souligné que plusieurs occupants de l'immeuble avaient ainsi pu quitter les lieux avant la détonation, vers 00H30.
Cinq personnes ont également été blessées dans l'explosion, dont un autre gendarme et le voisin bruyant, grièvement brûlé.
Ce dernier "sera entendu dès que son état de santé le permettra", a indiqué le procureur de la République de Lyon, Xavier Richaud, qui s'était rendu sur place lundi. Il s'agit de déterminer si l'explosion est la conséquence ou non d'une tentative de suicide.
Les gendarmes étaient déjà intervenus plusieurs fois pour calmer cet homme, âgé d'une quarantaine d'années, un voisin "asocial" qui "criait, injuriait les autres, tapait sur les vitres et les portes", selon le maire de Neuville-sur-Saône, Paul Laffly.
La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a adressé lundi "ses plus sincères condoléances à la famille" du gendarme tué, Fabien Batista, marié et père de deux petites filles, et "ses voeux de prompt rétablissement au gendarme Laurent Marchand", blessé.
Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a de son côté "salué la mémoire" de ce "onzième militaire de la gendarmerie décédé en service depuis le début de l'année".