H&M & Viktor & Rolf

Catherine Fournier, avec AFP

— 

 
  — no credit

Une robe de mariée H&M. Ou plutôt Viktor & Rolf , mais à 298 euros… Les deux couturiers néerlandais font alliance avec le géant suédois du vêtement, jeudi 9 novembre, pour offrir du «luxe à porter» au tout venant. Robes de satin, trench coat, pantalons en laine et pulls en gora griffés seront en vente à partir de 9h30 dans une sélection de magasins en Europe (23 en France), Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

C’est la troisième année consécutive qu’H&M organise ce type d’opération, inaugurée en novembre 2004 avec Karl Lagerfeld. Les pièces collector du couturier français s’étaient arrachées en quelques minutes. Idem l’année suivante, avec la collection de l’Anglaise Stella McCarney. Cette année, le groupe a pris le risque de s’associer à des créateurs moins connus du grand public. «Travailler avec Viktor & Rolf était source d’une inspiration extrême. Ils travaillent de la manière la plus artistique qui soit et consciencieusement pour la production», justifie Margareta van den Bosch, directrice de la création de H&M.

Jeudi matin, les clients découvriront une collection luxe imaginée autour du thème de l’amour, symbole de l’union entre «deux partenaires improbables» dixit les couturiers. En rayon, 35 pièces uniques, dont les prix oscilleront entre 40 et 80 euros. Un événement dont semblaient tout ignorer les clientes d’un grand magasin parisien mercredi soir. « Viktor & Rolf ? Non, pas vu. »

A défaut de ne pas connaître les couturiers ou de n’avoir pas remarqué leur nom dans la vitrine, certaines ont d’autres priorités : « cours, boulot, enfants… » Ou tout simplement « pas envie de se battre pour des vêtements ». Ce sera pourtant peut-être la dernière occasion de jouer des coudes dans les rayons H&M. En dépit du succès, le concept ne sera peut-être pas reconduit l’année prochaine, pour garder « l’effet de surprise ».

Retrouvez notre diaporama photos demain sur www.20minutes.fr

Viktor et Rolf sont connus pour leurs réinterprétations décalées des grands modèles classiques. « Nous venons d'un pays où la mode n'existe pas, se plaisent-ils à dire. C'est peut être ce qui nous a donné notre liberté. Notre chance est de n'appartenir à personne. » Le duo a commencé sa carrière en 1993 en remportant le festival de mode de Hyères (sud de la France) puis s’est imposé à partir de 1998 sur la scène internationale avec des collections de haute couture et de prêt-à-porter qui ont fait date, de «Dream» (réalisée à partir de toiles de prototypes) à « Babushka » au cours de laquelle le top model Maggie Rizer était couverte successivement de dix vêtements enfilés les uns sur les autres.