"Une question de justice"

— 

Faut-il un recours collectif en France? Le président de la République s’est félicité du projet de loi sur la consommation, contrairement au patronat

Jacques Chirac
"Face au développement d'une économie de service, de l'Internet et du commerce en ligne, nous devons donner de nouveaux droits et de nouvelles protections aux consommateurs", a dit mercredi le chef de l'Etat, cité par le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé.
"J'ai voulu ainsi permettre les recours collectifs des consommateurs. C'est une question de justice et c'est important pour la confiance des consommateurs, et donc pour la croissance", a-t-il ajouté.
Il a également souligné le "juste équilibre" du projet. "Le texte donne de nouveaux droits aux consommateurs, tout en évitant les dérives du système anglo-saxon".

Patronat
Un point de vue qui n'est pas partagé par les représentants des patrons français
Ce dispositif fait "peser un risque mortel sur les PME, en ouvrant la porte aux dérives déjà constatées aux Etats-Unis", estime la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME).
Pour la présidente du Medef, Laurence Parisot, ce système aura "un impact économique lourd".

Consommateurs
Les associations de consommateurs, trop contente d’avoir un texte, ont préféré ne pas critiquer ses limites. "Le pire serait de ne pas avoir de loi", a fait savoir l’Ufc Que Choisir, qui redoute surtout que le débat parlementaire ne puisse être mené à terme avant les élections législatives.