— no credit

France

Un écran de fumée sur les émeutes

Les chiffres de la délinquance ont été truqués à Lille pour minimiser les violences de 2005

Le compte n'était pas bon. Un an après les violences urbaines qui ont secoué le pays, 20 Minutes révèle que les chiffres de la délinquance de l'automne 2005 ont été truqués à Lille. Selon nos informations, 4 000 faits constatés dans l'arrondissement de Lille-Roubaix-Tourcoing ont été écartés des statistiques afin de minimiser l'impact des émeutes. C'est l'ancien commissaire de Lille, Jean-Jacques Dron, qui aurait transféré ces données sur l'exercice 2006. L'information nous a été confirmée, vendredi, par le préfet délégué à la sécurité dans le Nord. « Il faut reconnaître que ces chiffres n'ont pas été intégrés dans la machine au bon moment. »

Si les raisons de cette manipulation sont pour le préfet délégué « strictement techniques », d'autres sources, sous couvert d'anonymat, désignent une piste politique. « Qu'il soit de gauche ou de droite, il est arrivé que le gouvernement donne des consignes pour que les comptes soient clôturés quinze jours avant la fin d'un mois. » A la mairie de Tourcoing, on se rappelle justement que les chiffres communiqués par les autorités fin 2005 ne correspondaient pas « vraiment à la réalité des faits constatés sur le terrain ».

Dans les rangs de la police, l'information dérange aussi. « Les gars sont démotivés. Ils apprennent que leur patron a trafiqué les chiffres. Et un mois après, ils découvrent qu'il vient d'obtenir une promotion. » Car, début octobre, Jean-Jacques Dron a été promu directeur départemental de la sécurité publique de la Marne. Mais aujourd'hui, « tout est rentré dans l'ordre », affirme le préfet délégué. Sans verser dans la critique de ces prédécesseurs, il affirme maintenant regarder les chiffres tous les jours afin de « rester en phase avec la réalité ».

A Lille, Vincent Vantighem et Olivier Aballain

Gonflées par les chiffres de l'automne 2005, les statistiques de la délinquance des premiers mois de l'année 2006 à Lille ont connu une hausse « à deux chiffres », selon la préfecture. Depuis juillet, elles sont en baisse et d'« excellents résultats » sont attendus pour le mois d'octobre.