Nelly Olin : «C'est encourageant, pas rassurant»

©2006 20 minutes

— 

Interview de la ministre de l'Ecologie et du Développement durable.

Que vous inspirent les résultats de ce sondage ?

Ils confirment la prise de conscience que je ressens depuis environ un an quand je vais sur le terrain, particulièrement dans les établissements scolaires. Cela étant, c'est encourageant, pas rassurant. Pour limiter le changement climatique, qui est inéluctable, nous devons continuer notre action de pédagogie, expliquer que les citoyens sont responsables de 50 % des gaz à effet de serre émis par la France, et qu'ils produisent 360 kg de déchets par an et par habitant, ce qui est beaucoup trop.

Pouvez-vous citer une campagne d'information qui a porté ses fruits ?

La campagne d'information sur l'eau. Les Français n'arrosent plus leurs jardins ou ne lavent plus leurs voitures n'importe comment. C'est difficilement mesurable à grande échelle, mais nous avons l'exemple de l'île de Ré, où la consommation d'eau a chuté de 20 % l'été dernier grâce à une campagne d'information locale. Dans un tout autre domaine, la consommation de sacs plastique, non recyclables, est passée de 15 milliards en 2003 à 7,5 milliards en 2006.

Un rapport vous sera remis fin 2006 sur la modulation des tarifs aux péages en fonction de la pollution du véhicule. Or cela n'enthousiasme pas les sondés...

Ils estiment, et je les comprends, que la voiture relève du loisir. Ils sont donc frileux sur le sujet. Mais il y a du progrès. Si vous aviez posé cette question en 2004, vous auriez obtenu une réponse encore plus frileuse.

Recueilli par Stéphane Colineau