"Sa peau, on aurait dit qu'on lui enlevait des gants..."

— 

"Sa peau, on aurait dit qu'on lui enlevait des gants..." Ce père de famille, qui a porté secours à la jeune femme grièvement brûlée dans l'incendie volontaire d'un bus à Marseille samedi soir et qui souhaite rester anonyme, ressassait dimanche le drame dont il a été témoin.
"J'étais avec un ami dans le parc, il faisait nuit, quand j'ai entendu les bruits venant du bus en feu", a raconté cet homme, entouré de voisins.
"J'ai couru, je l'ai trouvée sur le trottoir en train de crier, je l'ai prise et je l'ai éloignée du bus, j'avais peur qu'il explose", raconte-t-il.
Il baisse les yeux et la voix pour dire qu"'il s'est retenu" mais qu'il "a failli vomir" devant les plaies de la victime, brûlée à 70% et dont les jours sont toujours en danger dimanche.
"Elle ne pouvait ni se mettre sur les pieds ni s'asseoir, elle criait", ajoute-t-il, avant de lâcher "c'est vraiment terrible et malheureux".
"C'est une femme noire et elle devenait blanche... et elle avait un pantalon en nylon, vous savez ce que ça fait le nylon quand ça fond?". Autour de lui, ses amis hochent la tête.