Passagère brûlée à Marseille : les réactions

— 

Le président Jacques Chirac a exprimé dimanche à la famille de la jeune femme grièvement brûlée à Marseille dans l'incendie d'un bus "son horreur devant cet acte ignoble" et "l'a assurée que tout serait mis en oeuvre pour retrouver et punir avec la plus extrême sévérité les auteurs de l'agression".

Le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, a qualifié cet acte de "révoltant à la limite du gangstérisme". Il a fait valoir que dans les quartiers difficiles, il y avait d'un côté beaucoup de désespérance" et "des voyous vraiment organisés".

Le numéro 2 du Front National, Bruno Gollnisch, a dénoncé l'escalade de la "sauvagerie quotidienne" et "l'irruption de nouveaux barbares". "Avec l'horrible tentative d'assassinat par le feu d'une conductrice de bus (en fait, une passagère) à Marseille, la sauvagerie quotidienne franchit encore un degré", a déclaré l'élu frontiste.