Ces mesures qui doivent sauver la fac

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Usine à chômeurs pour encore longtemps ? Le rapport Hetzel, remis hier au Premier ministre, propose une batterie de mesures destinées à enrayer l'échec à l'université. Il y a six mois, la commission présidée par le recteur Patrick Hetzel avait été chargée par Dominique de Villepin, à peine sorti de la crise du CPE, de « lancer le grand débat national sur l'université et l'emploi ». Ses conclusions portent sur deux thèmes : l'orientation et l'insertion professionnelle. Voici l'essentiel de ce qui devrait être mis en oeuvre.

n L'orientation Comment mettre fin aux erreurs d'aiguillage des étudiants ? Le rapport Hetzel suggère notamment la mise en place d'un parcours balisé, débutant en 3e avec un entretien individuel. En secondaire, chaque lycéen aurait un dossier unique dans lequel il formulerait des voeux d'orientation. Les statistiques de réussite dans la filière choisie seraient mises à la disposition des élèves, qui pourraient suivre une procédure de préinscription à la fac dès le mois de février. Une fois inscrit à l'université, l'étudiant se verrait proposer un accompagnement individualisé. Un contrat moral liant l'université et l'étudiant pourrait aussi être envisagé.

n L'insertion professionnelle Un module emploi serait rendu obligatoire. Il comporterait l'acquisition d'une langue vivante et de compétences informatiques et techniques (rédaction de CV, entretiens d'embauche). Dès la licence, les stages, apprentissages et séjours à l'étranger seraient encouragés. D'autres mesures destinées à réformer le fonctionnement des universités sont proposées. Exemple : l'attribution des moyens selon les taux d'insertion professionnelle de la branche.

Hier, le Premier ministre a demandé que ces propositions soient mises « très rapidement en oeuvre ».

Marie-Colombe Afota

Chaque année, plus de 80 000 jeunes, soit un étudiant sur cinq, sortent de l'université sans avoir obtenu de diplôme. Trois ans après l'obtention du diplôme, 11 % des jeunes issus de l'enseignement supérieur sont encore au chômage.