Le PRG derrière le PS en 2007, pas le PCF

©2006 20 minutes

— 

L'un se range derrière son grand frère, l'autre non. Hier, le Parti radical de gauche (PRG) et le Parti communiste français (PCF) ont dévoilé leur stratégie en vue de la présidentielle 2007.

Le PRG, réuni en congrès extraordinaire à Paris ce week-end, renonce à présenter un candidat et décide donc de se ranger derrière celui qui sera investi par le Parti socialiste.

Le PCF, lui, fait le contraire : il propose Marie-George Buffet comme candidate non pas du Parti communiste mais d'un vaste rassemblement antilibéral. Une tactique approuvée à 80 % par les délégués communistes réunis à Villejuif (Val-de-Marne). Les collectifs unitaires d'extrême gauche se prononceront les 9 et 10 décembre. Buffet pourrait alors faire face à José Bové ou Clémentine Autain. Opposés à cette stratégie, le député de la Somme, Maxime Gremetz et le vice-président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Jean-Jacques Karman, veulent représenter le seul PCF devant les militants communistes qui départageront les candidatures communistes à la mi-novembre.

Côté radical, les délégués du PRG ont suivi à 70 % l'avis du président, Jean-Michel Baylet, hostile à une seconde candidature de Christiane Taubira à la présidentielle. Celle-ci avait réalisé un score de 2,32 % au premier tour en 2002, handicapant le PS déjà gêné par la candidature Chevènement (5,33 %), et finalement absent au second tour. Taubira a conclu le congrès hier en se déclarant persuadée que le débat n'était pas clos. Il reste donc trente-quatre candidats de droite ou de gauche pour la présidentielle. Moins de la moitié a des chances de participer au premier tour.

A. S.

Le PRG a conclu avec le PS cette semaine un accord sur 36 circonscriptions pour les législatives de 2007, ce qui permettrait aux radicaux d'avoir un groupe « homogène » de vingt députés à l'Assemblée.