Coeurs sportifs, soyez attentifs

©2006 20 minutes

— 

« La vraie victoire dans le sport, c'est d'abord d'en faire », affirme le gouvernement. « Absolument, mais pas n'importe comment », répond le Club des cardiologues du sport. Cette association vient de réaliser la première étude française sur les risques cardiovasculaires de la pratique sportive amateur. L'enquête a été menée dans trois départements d'Aquitaine, mais « en projection nationale, 900 décès par an » survenus pendant ou après une activité sportive pourraient être évités avec « des précautions simples », explique le cardiologue Laurent Chevalier.

Tous les sportifs devraient donc retenir des « règles d'or » : dix minutes d'échauffement et de récupération, quelques gorgées d'eau toutes les trente minutes, pas de pratique intense par temps trop froid ou trop chaud, pas de douche froide dans les quinze minutes suivant l'effort, et pas de sport si l'on est ou si l'on a été malade lors des huit derniers jours.

« Le certificat médical est souvent mal fait, sur un bout de table, et vu comme une corvée », déplore Laurent Chevalier. On ne le répétera jamais assez, un bilan de santé préventif est obligatoire, quels que soient l'âge et le sport pratiqué. Enfin, toute douleur, palpitation ou malaise doit absolument être signalé à un médecin.

Pour ceux qui s'inquiéteraient, « il est tout de même plus risqué d'être sédentaire que de faire du sport », précise le cardiologue, qui ne souhaite pas décourager la pratique sportive.

M.-C. Afota