Une histoire qui défraie la chronique depuis cet été

©2006 20 minutes

— 

Retour sur cette affaire après plus de deux mois de rebondissements.

23 juillet Jean-Louis Courjault interrompt ses vacances en France et rentre à Séoul pour raisons professionnelles. Il alerte la police sud-coréenne après avoir découvert, affirme-t-il, deux cadavres de bébés dans le congélateur de son domicile. La police, qui n'a pas de doute à son encontre à ce moment-là, l'autorise à repartir en France après lui avoir fait subir à des prélèvements.

30 juillet Les tests ADN réalisés en Corée du Sud, en présence du consul de France, désignent Jean-Louis Courjault comme le père des deux bébés. Le 7 août, de nouveaux tests désignent Véronique Courjault comme la mère. Les tests ont été effectués à partir de prélèvements sur des objets trouvés au domicile des Courjault (brosse à dents, brosse à cheveux...). Les experts ont également utilisé des prélèvements conservés après une opération subie en Corée du Sud par Véronique Courjault.

8 août L'affaire fait grand bruit en Corée du Sud. En France, le parquet de Tours, ville où réside le couple, ouvre une enquête préliminaire à la demande du ministère de la Justice. Le 10 août, les époux sont entendus par la police française. Leur avocat, Marc Morin, met en doute la valeur des tests sud-coréens et évoque la possibilité d'une « manipulation économique » visant à « discréditer » Jean-Louis Courjault.

22 août Les époux donnent une conférence de presse à Tours. Ils clament leur innocence, réfutent l'enquête sud-coréenne et se disent victimes d'un « lynchage médiatique » à Séoul. Ils évoquent de nouveau une manipulation industrielle, et font savoir qu'ils ne retourneront pas en Corée du Sud.

25 septembre Le parquet de Tours reçoit le dossier de la justice sud-coréenne. Le 27, les Courjault se rendent au commissariat de Tours pour un prélèvement de salive en vue de nouvelles analyses ADN.

10 octobre Les tests français confirment les analyses sud-coréennes : les époux Courjault sont bien les parents des deux bébés. Le mari continue de nier. Le couple est placé en garde à vue.

Hier Véronique Courjault reconnaît les faits.