"Nos pensées vont d'abord aux victimes" (CGT)

— 

 Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-cheminots, a exprimé son "émotion". "Nos pensées vont d'abord aux victimes, agents SNCF et usagers, et à leurs familles. Ensuite nous chercherons à comprendre les raisons de cette catastrophe" ferroviaire, a-t-il déclaré.

Le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, a fait part "à toutes les familles des victimes" de la collision de deux trains en Moselle "de l'expression de la très profonde et vive sympathie de toute l'Assemblée".